Je rentre d'un fabuleux voyage astro d'une dizaine de jours au Sénégal... Tout a commencé par un email reçu de Mr Maram Kaïre, président de l'ASPA (Association Sénégalaise pour la Promotion de l'Astronomie) dans lequel il me proposait d'aller passer quelques jours à Dakar et à Saint Louis dans le cadre du festival d'astronomie "Saint Louis vers les étoiles". Le thème de cette année était l'astrophotographie et il avait besoin d'un "astrophotographe". L'ambassade de France à Dakar m'a offert les billets d'avion, l'université Gaston Berger de Saint Louis, l'institut français de Saint Louis ainsi que l'ASPA ont pris en charge mon séjour sur place... En quelques jours tout était réglé et je faisais mes valises !

Ce voyage a été pour moi l'occasion de créer de nouvelles amitiés. Je tiens tout particulièrement à remercier Mr Maram Kaïre, président de l'ASPA, Mr Baïdy Demba Diop formateur à l'ASPA et Mr Dah Dieng, organisateur de l’évènement pour leur accueil, leur gentillesse et leur ouverture d'esprit. On ne croise que très rarement de telles personnes au cours d'une vie !

Voici le résumé de cette expérience extraordinaire :

Jeudi 5 mai : Vols Montpellier - Paris - Dakar. Arrivée en soirée à Dakar. Comme prévu, Maram m'attend à l'aéroport et me dépose à l’hôtel Ganalé en centre ville. La journée de demain sera longue et la nuit plutôt courte... Allez, vite, au lit.

Vendredi 6 mai : J'ai rendez-vous avec Maram en fin de matinée, j'en profite pour aller me promener en ville. Il fait très beau, les gens que je croise sont souriants, les magasins ouvrent petit à petit... Maram vient me chercher. Nous passons manger chez lui en compagnie de son épouse et ses enfants. Je goûte enfin à la cuisine sénégalaise. Au menu, du Thié bou dien (riz au poisson), c'est le plat national, un vrai régal !

Avant de prendre la route pour Saint Louis, au nord, nous prenons Marthe et Souké avec nous. Ce sont deux doctorantes en physique qui viennent également participer au festival.

La sortie de Dakar est très embouteillée, nous mettrons environs 5 heures pour atteindre St Louis, de nuit. A l'arrivée, Dah nous attend. J'ai le choix de dormir à l’hôtel en centre ville ou de résider avec mes nouveaux compagnons de route dans une maison sur le campus universitaire. Mon choix est vite fait, je préfère rester en bonne compagnie... En cours de nuit, Baïdy arrive par mini bus et nous rejoint à la "maison". Nous ne dormirons que trés peu, il y a beaucoup de travail qui nous attend. Demain le festival commence !!!

Samedi 7 mai : Ça y est, c'est parti, le festival débute aujourd'hui. Nous commençons avec l'installation de deux expositions sur la place Fedherbe de St Louis : Une expo de très belles images prises depuis le pic du midi et ma modeste expo d'astrophotos "Faune Cosmique".

C'est avec beaucoup de plaisir que je renseigne les passants sur les objets photographiés, les techniques utilisées... C'est un bon moyen de parler d'astronomie dans le sens général et de répondre aux nombreuses questions que le ciel peut susciter...

En même temps, des étudiants de l'université Gaston Berger installent des télescopes à proximité et proposent l'observation du soleil par projection aux personnes intéressées.

Plus tard dans la journée mon expo est déplacée dans une des salles de l'institut français. A 18h le vernissage de l'expo a lieu et le début des festivités est officiellement annoncé. C'est l'occasion de répondre aux questions de la presse locale.

Le soir nous installons deux télescopes dans un quartier populaire, en bord de mer, sur la place Pointe-à-Pitre. Nous installons un grand écran qui nous permet de projeter des images de la lune en temps réel. Le deuxième télescope est utilisé pour faire de l'observation visuelle. Les observateurs sont nombreux et à chaque fois très étonnés d'observer les cratères de notre satellite ou les anneaux de Saturne.

La sensation de participer à quelque chose d'unique et d'important est très forte et émouvante. L'observation dure plusieurs heures, les questions sont nombreuses et nous essayons d'y répondre au mieux. Les pécheurs eux aussi connaissent bien le ciel mais pas avec les mêmes termes que nous. Ils s'en servent déjà pour s'orienter la nuit et déplorent l'utilisation des GPS par les jeunes. La brume se lève rapidement et nous plions enfin le matériel. Repas au restaurant avant de rentrer dormir.

Dimanche 8 mai : Lever à 7h, j'ai le plaisir de donner ma première formation ce matin sur "l'utilisation des instruments en astronomie" à un groupe d'une dizaine d'étudiants. Je me souviens de ma propre expérience et pense à mon ami Julio qui m'a initié à l'utilisation du C11 et de sa monture... La passion aidant, je passe beaucoup de temps à tout expliquer en détail.

Les étudiants semblent intéressés mais après la pose repas nous testons leurs capacités à installer un télescope en moins de 4mns. Le plus rapide remporte un billet de 10.000F CFA ! L'exercice est simple : Installer le télescope (une lunette de 90mm) correctement et viser un point précis (une grue). La monture doit être correctement alignée et la lunette ainsi que le chercheur doivent montrer la grue et être mis au point. Le gagnant réussi l'exercice en 2mns et 12 secondes et remporte le billet ! L'ambiance est à la rigolade...

Le soir nous installons les télescopes sur le terrain de foot/basket de l'université Gaston Berger. Comme à chaque fois, nous installons un écran géant pour la projection de la lune en temps réel à l'aide d'une webcam. Notre Deejay attire la foule à l'aide des derniers tubes à la mode et le micro nous permet d'expliquer certains phénomènes et de répondre aux questions... jusqu'à ce qu'une coupure d'électricité vienne mettre fin à notre animation.

Les coupures électriques sont fréquentes au Sénégal et le ciel, déja extraordinaire, devient alors parfait ! Le soir, après le resto, nous rentrons dormir et j'en profite pour faire quelques images à grand champs de la Voie Lactée en compagnie de Maram. En seulement 8s de pose, avec un trépied de poche, installé sur le toit de la voiture, nous obtenons un résultat inimaginable depuis la France.

Nous sommes à seulement 17º de latitude Nord et le ciel du sud est parfaitement visible. Quel plaisir de voir le Scorpion en entier, haut dans le ciel et plus tard, de voir même la Croix du Sud ! Le spectacle est sublime.

Lundi 9 mai : Les ateliers pédagogiques et les observations diurnes au village de NGallèle sont annulés aujourd'hui car les profs sont en gréve (comme quoi il n'y a pas qu'en France que ça bouge)... Nous en profitons pour mettre au point la conférence de l'après-midi : Religions et Astronomie. Le sujet est sensible et nous souhaitons que tout se passe au mieux. Nous allons rencontrer l'Imam de l'université afin de faire sa connaissance. Lors de la conférence il parlera de l'astronomie vue par la religion musulmane et sera accompagné de deux professeurs de l'université, experts en écritures religieuses et en linguistique. Les prêtres invités ne pourrons pas venir car ils sont en voyage... La conférence débute vers 17h00. L'amphi de l'université n'est pas plein car de nombreux étudiants sont en examen aujourd'hui.

Tout se passe à merveille, les échanges permettent de conclure sur une note très positive et très ouverte : L'astronomie et la religion ne sont absolument pas en opposition. Au contraire elles se complètent à merveille. L'une apportant les réponses à la question "Comment l'univers fonctionne-t'il ?" et l'autre des réponses à "Pourquoi l'univers existe-t'il ?". L'Imam a conclu en disant merci aux astronomes. Merci pour apporter des réponses concrètes à des questions qu'il se posait depuis toujours mais aussi merci pour l'aider à se battre contre l'obscurantisme. Un beau message de paix...

Le soir, rendez-vous au village de NGallèle pour des observations sur le sable. Nous sommes attendu par les femmes et les enfants qui sont venus massivement, preuve que la publicité faite par Dah et son équipe a bien fonctionné.

Les questions s’enchaînent comme tous les soirs. Les gens veulent savoir et comprendre comment fonctionne notre univers, où nous nous situons, etc, etc. Nous sommes toujours très bien accueillis. Personne n'oublie de nous remercier en partant. Quel savoir vivre !!! Nous avons beaucoup à apprendre !

Mardi 10 mai : Ce matin nous commençons par des ateliers au lycée Charles de Gaulle à Saint Louis. Nous avons une classe de plus de 100 élèves à former. Après une explication générale sur les phases de la Lune, nous divisons la classe en deux groupes afin de les faire travailler sur ce phénomène simple. Encore une fois, les questions sont nombreuses. Nous avons de plus en plus la sensation de participer a quelque chose de très utile.

Les observations diurnes n'ont pas lieu car un fin voile nuageux vient masquer le soleil. Nous en profitons pour faire durer les ateliers. Le soir nous allons à Diamaguène, un quartier de St Louis. Nous avons rendez-vous à la Maison de Quartier pour des observations nocturnes. Encore une fois, notre Deejay attire la foule...

L'observation ne sera pas extraordinaire en raison de la brume recouvrant une grande partie du ciel. Les lasers verts nous permettent toutefois de montrer les principales constellations... Les étudiants remballent le matériel et repartent en bus.

Mercredi 11 mai : Aujourd'hui nous passons la journée chez les militaires ! Ce matin rendez-vous au Prytanée militaire pour des ateliers sur les cartes du ciel et l'orientation grâce aux constellations et la fabrication d'une boussole à eau. Les exercices sont pratiques et utiles : Trouver l'étoile polaire à partir de la Grande Ourse ou le sud grâce au Scorpion...

Pendant la pose de midi, nous en profitons pour aller au bord du fleuve Sénégal. La tradition veut qu'il faille le toucher lorsqu'on le voit pour la première fois... C'est dorénavant chose faite.

L'après-midi nous continuons avec la conférence de Maram sur l'exobiologie "A la quête de la vie dans le système solaire et au-delà". Le soir nous terminons avec une observation nocturne. Les petits comme les grands ont des tas de questions à poser et nous terminons très tard !

Jeudi 12 mai : Nous passons toute la matinée à l’école française. Nous avons des niveaux très variés à faire passer en ateliers, des tout petits aux plus grands du collège. Comme il y a moyen de faire de l'astronomie en s'amusant, tout le monde s'y retrouve. Nous embarquons les petits sur un vaisseau spatial qui s'appelle la Terre dans un long voyage d'un an autour du soleil. Les WOW surgissent de partout lorsque la porte de la salle de cours transformée en planétarium se referme et que les étoiles apparaissent au mur, comme si la nuit venait de tomber !!! A chaque question, des dizaines de paires de mains se lèvent pour y répondre ! Quel engouement pour l'astronomie ! Entre deux, j'en profite pour aller faire des photos de la ville...

L'après-midi je donne une formation en astrophotographie à l'institut français, juste à coté...

Vendredi 13 mai : Installation de l'exposition sur le système solaire au CRDS (Centre de Recherches et de Documentation du Sénégal). Une belle expo, très complète !

La journée se poursuit au lycée des jeunes filles Ameth Fall. Nous organisons deux grandes salles avec des ateliers sur les cartes du ciel et les phases de la Lune.

Le petit planétarium de voyage que nous utilisons a un succès fou !!! Avec Maram j'anime un atelier dans une salle et Baïdy, Souké et Marthe s'occupent de l'autre salle... La plupart des élèves sont en classe de 5ème et ont du mal a rester silencieuses ;-) Les observations nocturnes au CRDS attirent surtout des parents d'élèves de l'école française... Apparemment nos interventions de la veille ont fait parler de retour à la maison !

Samedi 14 mai : Le matin j’anime ma deuxième session de formation sur l'astrophotographie à l'institut français... Pendant ce temps mes collègues animent des ateliers à coté... A midi, Dah nous invite à manger chez lui. Nous partageons un repas traditionnel avec sa petite famille. Encore un très bon moment tous ensembles...

L'après-midi Maram donne une conférence sur la cosmologie "Une brève histoire de ... 13 Milliards d'années". La fatigue est très présente parmi nous tous mais Maram parvient encore à nous faire rêver. Il a un vrai don pour ça !

Ce soir le festival se termine. L'institut français organise un dîner sous les étoiles en présence du préfet, du maire, du recteur, du consul de France... bref du beau monde. Avec mes amis, nous animons la soirée en diffusant sur deux grands écrans la Lune en temps réel et les photos prisent au cours de la semaine en plus de quelques photos astro que j'avais amené dans mes valises... Belle finale pour une semaine d'exception... Un grand merci aux étudiants qui nous ont suivi tout au long de la semaine malgré leurs exams !

Dimanche 15 mai : Retour à Dakar, un peu triste de devoir dire au revoir à Dah et aux étudiants de l'université. C'est promis, nous nous reverrons ! La route entre Saint Louis et Dakar et très belle. Les Baobabs accompagnent notre voyage.

A midi très bon repas en famille chez Maram puis retour à l'hôtel. Je vais me coucher à 18h. Nous sommes tous morts de fatigue !

Lundi 16 mai : Toute la journée est dédiée à la formation des membres de l'ASPA qui n'ont pas pu se rendre à Saint Louis au cours de la semaine... Je commence le matin par l'utilisation des instruments et continu l'après midi avec l'astrophotographie.

Le soir, avant un excellent Dibi (si vous ne savez pas ce que c'est, Google est votre ami) chez Maram, nous allons visiter la ville et allons même jusqu'au phare de Dakar qui nous permet de voir jusqu’à la pointe des Almadies, le point le plus occidental du continent africain !

Mardi 17 mai : Le dernier jour est toujours le plus triste alors essayons de l'égayer un peu ! J'en profite pour faire du tourisme. Maram m'emmène sur l’île de Gorée, à quelques kilomètres au large de Dakar. C'est de là que de nombreux esclaves partaient d'Afrique pour être vendus quelque part de l'autre coté de l'océan. Un passé terrible qu'il ne faut surtout pas oublier.

L’île est superbe, nous y restons deux heures avant de reprendre le bateau.

L'après-midi c'est shopping ; l’artisanat local est très beau. Le soir, Maram m’amène à l'aéroport. Il est trop dur de se dire au-revoir, nous nous disons simplement à bientôt...

J'étais arrivé au Sénégal avec une valise et deux contacts sur place. Je rentre avec deux valises, pleines des cadeaux que l'on m'a fait ici et de nouvelles amitiés qui ne demandent qu'à être entretenues. Si vous avez l'occasion d'aller au Sénégal, n'hésitez pas, partez sans réfléchir, vous ne le regretterez pas.